COLLOQUE les 17 et 18 octobre 2014

Le colloque « la Bâtarde a cinquante ans » a eu lieu à Paris les 17 et 18 octobre 2014: de magnifiques journées!

 

ACCEDER A LA PAGE DU COMPTE RENDU

 

Premières impressions de KASHIMA, adhérente de l’Association des amis de Violette Leduc: son blog (cliquez)

 

 

 

21-25 octobre: Une performance scénique autour de l’Affamée

Catherine Decastel joue. D’après L’Affamée de Violette Leduc.

Je l’ai vu: et vous?

Deux femmes sur scène se font face, s’effleurent, se caressent : c’est Violette, deux fois, deux voix, corps et esprit double, tiraillées entre le désir de La revoir et la crainte de s’exposer. Elle, Beauvoir est là, troisième personne invisible qui habite les corps et les voix, qui torture, déchire. Cruelle, sadique… ainsi que le signifie la bande-son au début et à la fin, avec la musique qui accompagne le jeu sans être obsédante… Le décor ? miroir brisé, craie, cruche, chaos. Tour à tour transformé, détourné ou pris à témoin de la rage et du malheur de Violette. Les plus beaux passages de l’Affamée sont chuchotés, criés, psalmodiés, en soliloque ou en écho. Un vrai bonheur que de voir et entendre la vie prendre le texte magnifiquement incarné par Adeline Lejeune et Catherine Decastel.

MB.

Prochaine séance du club de lecture VL: samedi 15 novembre 2014

Pour y participer rendez-vous sur la page : « autour de Violette aujourd’hui ».

Décès de Catherine Viollet

Photo Catherine

 

En mon nom personnel et au nom de tous ceux et celles qui l’ont connue, j’ai le regret d’annoncer le décès d’une grande chercheuse, le dimanche 14 septembre 2014. Catherine Viollet a consacré une partie de sa vie et de son travail, au sein de l’équipe de l’ITEM-CNRS à étudier et promouvoir l’oeuvre de Violette Leduc. Sa bibliographie est très riche, non seulement en ce qui concerne l’écrivaine mais dans le domaine de la critique génétique.

Bibliographie complète jusqu’en 2006 sur Mnémosyne.

Visionnez la dernière conférence à l’Institut Emilie du Châtelet.

Voici la liste de ses publications, uniquement sur Violette Leduc:

  •  » L’incipit de Ravages « , Genesis, 16 : (Paris. 1992)
  •  » Violette Leduc : Ecriture et sexualité « . Tangence n° 47, »Ecritures au féminin : le genre marqué » (Montréal, 1995), pp. 69-83.
  •  » Violette Leduc (1907-1972). Frauenliebe/Männerliebe. Eine lesbisch-schwule Literaturgeschichte in Porträts Alexandra Busch, Dirk Linck, eds. Metzler Verlag, 1997, 235-239.
  •  » Violette Leduc : Les ravages de la censure.  » Genèse textuelle, identités sexuelles (C. Viollet, ed.). Ed. du Lérot, 1997, 203-214.
  •  » Recommencer chaque matin le début de la genèse » : l’incipit de Ravages  » Violette Leduc. Presses univ. de Lille/Septentrion, coll. « UL3″, 1998, 109-122
  •  » Violette Leduc, une  » sincérité intrépide  » ?  » Dalhousie French Studies n°47 (Univ. Halifax, Canada), numéro spécial « Ecriture de soi au féminin », août 1999, 133-141.
  •  » Thérèse et Isabelle : le dactylogramme « . Roman 20/50, numéro « Violette Leduc », déc. 1999 (Presses de l’Univ. Lille 3), p. 9-20.
  •  » Violette Leduc, de Ravages à La Bâtarde. Genèses du « JE ».  » Sous la responsabilité de Ph. Lejeune et C. Viollet. C.N.R.S.- Editions, p.105-122. « Violette Leduc – Erotik, Sexualität, Zensur. Sehen, Lesen, Begehren. »Homosexualität in der französischen Literatur. Dirk Naguschewski & Sabine Schrader eds. Berlin, Tranvia/Walter Frey, 2001, 161-172.
  • Petite cosmogonie des écrits autobiographiques. Genèse et écritures de soi. » Genesis 16, « Autobiographies », 2001, 37-54.
  •  » Violette Leduc, l’incipit de Ravages. Présentation d’un inédit « . Genesis16, « Autobiographies », 2001, 171-193.
  •  » L’incipit inédit de Ravages (Violette Leduc). Présentation de travaux d’étudiants de DEA « . Genesis 16, « Autobiographies », 2001, 195.
  •  » Violette Leduc, l’ivresse de la lecture. Lectures de femmes. Entre lecture et écriture.  » Actes du colloque de Besançon, 2000. L’Harmattan, coll.  » Bibliothèque du féminisme « , 2002, 145-159.
  •  » Ravages de Violette Leduc : un cas exemplaire de censure éditoriale.  » La Faute à Rousseau n° 30, « Censure, autocensure », juin 2002, 27-29.
  •  » De la censure éditoriale à l’autocensure : Violette Leduc. Dans  » Genèse, censure, autocensure « , sous la direction de C. Bustarret et C. Viollet. CNRS-Editions, 2005. Voir l’introduction de Catherine Viollet (127 Ko)
  • Article en ligne: « de La Bâtarde à Ravages » site ITEM.
  • « Relire Thérèse et Isabelle de Violette Leduc à la lumière de sa genèse » in FIXXION N° 4, pp. 155-164, 2012.
  • La Main dans le sac : inédit publié par les éditions du Chemin de fer, Paris, 2014.

unnamed

Catherine Viollet a publié « La main dans le sac! »

unnamed

La main dans le sac, de Violette Leduc
édition établie par Catherine Viollet
Pour la première fois, La main dans le sac donne à lire le début du manuscrit de Ravages, resté jusqu’alors inédit.
Il s’agit du souvenir du premier émoi érotique de Thérèse (le prénom d’état civil de Violette Leduc) adolescente : lorsque mademoiselle Godfroy la désigne pour aller chercher son sac à main dans la bibliothèque des professeurs, Thérèse, en glissant sa main dans le sac, en l’explorant sans pouvoir résister à cette attirance, vit une véritable scène initiatique.
Dans une lettre à Simone de Beauvoir, Violette Leduc affirme que cet épisode est l’un des trois événements les plus importants de sa vie. Il disparaît pourtant de Ravages, son roman autobiographique paru en 1955. Quand elle en propose le manuscrit  à Gallimard, l’éditeur lui impose en effet la suppression pure et simple de toute la première partie qu’il juge « d’une obscénité énorme et précise ». Violette Leduc ne s’en remettra jamais vraiment, qui écrit des années plus tard: « Ils ont refusé le début de Ravages. C’est un assassinat. La censure tranche vos feuillets. C’est une guillotine cachée. »
80 pages, 13 euros. ISBN : 978-2-916130-64-4
Ouvrage publié avec la soutien du Conseil régional de Bourgogne

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.