Chronologie

Cette chronologie a été établie d’après la biographie de Violette Leduc par Carlo Jansiti, Grasset, 1999 (lire sur Carlo Jansiti )

c_jansit

  • 7 avril 1907 : naissance à Arras de Thérèse, Andrée, Violette Leduc fille de Berthe Leduc et d’André Debaralle, qui ne la reconnaîtra pas.
  • 1913 : Berthe Leduc rencontre Ernest Dehous et va vivre à Valenciennes. Elle vit avec sa mère et sa grand-mère « Fidéline » avenue du Quesnoy.
  • 19 avril 1916 : mort de Fidéline.
  • 28 décembre 1916 : mort d’André Debaralle.
  • 1918 : Pension au collège de Valenciennes. Pleurésie. Séjour à la campagne.
  • 22 janvier 1920 : Mariage de Berthe Leduc et d’Ernest Dehous à Sebourg. Le couple s’installe à Valenciennes avec Violette et Suzanne, la fille d’Ernest Dehous. Violette est de nouveau interne au collège de Valenciennes.
  • 22 septembre 1924 : naissance de Michel Dehous, fils légitime de Berthe et d’Ernest. Violette entre en pension à Douai. Rencontre Isabelle.
  • 1925 : rencontre Denise Hertgès (Hermine dans La Bâtarde)
  • 1926 : La famille Dehous et Violette Leduc sont à Paris. Violette poursuit ses études secondaires au lycée Racine. Echoue à l’oral du baccalauréat et abandonne
  • 1927 : rencontre Jacques Mercier, qu’elle épousera en 1939 après une rupture de neuf ans. Elle poursuit sa liaison avec Denise H.
  • 1928-1932 : échotière chez Plon, où elle rencontre de nombreux écrivains. Elle vit avec Denise H. à Vincennes.
  • 1935 : rupture avec Denise H.
  • 1938 : Scénariste chez Synops, elle y rencontre Maurice Sachs. Entre à la Nouvelle Revue Critique.
  • 14 octobre 1939 : Violette épouse Jacques Mercier, rencontré après neuf ans de silence. Le couple s’installe 20, rue Paul Bert. Jacques est mobilisé à Paris. Mésentente. Le couple se sépare.

Violette écrivain:

  • Août 1940 : Ecrit dans le premier numéro de Pour Elle, collaboration qui se poursuivra jusqu’à fin 1941. Elle revoit Maurice Sachs.
  • 1942 : Sachs emmène Violette en Normandie et ils s’installent dans le village d’Anceins. Il l’encourage à écrire et elle entreprend de rédiger ce qui sera l’Asphyxie. En novembre, Sachs part pour l’Allemagne comme travailleur volontaire. Violette reste au village et commence un trafic de marché noir.
  • 1943 : Sachs tente de revenir en demandant à son amie de lui fournir un faux certificat médical stipulant qu’elle serait enceinte. La démarche échoue. Sachs mourra en 1945 en Allemagne, dans des circonstances obscures.
  • 1944 : Violette vit entre Paris et Anceins, grâce au marché noir. Elle rencontre Alice Cerf. Opération de chirurgie esthétique sur son nez, qu’elle ne supportait pas. Au Flore, elle aperçoit Simone de Beauvoir.
  • Février 1945 : Son manuscrit de l’Asphyxie est confié à Simone de Beauvoir : Elles se rencontrent pour en parler. C’est le début d’une amitié qui durera jusqu’à la mort de Violette Leduc.
  • Novembre 1945 : Des extraits de l’œuvre de Violette Leduc paraissent dans Les Temps modernes.
  • Mai 1946 : Publication de L’Asphyxie chez Gallimard, dans la collection « Espoir » dirigée par Albert Camus.
  • Automne 1946 : Rencontre Jean Genet. Début d’une amitié orageuse, faite de fascination réciproque, qui aboutira à une rupture vers 1952.
  • Septembre 1947 : rencontre Jacques Guérin qui financera l’année suivante un tirage de luxe de L’Affamée, édité par J.J Pauvert, oeuvre écrite pour Simone de Beauvoir mais dédiée à Guérin.
  • Décembre 1948 : Sartre et Beauvoir décident d’aider financièrement Violette Leduc en lui versant une allocation par l’intermédiaire de Gallimard. Les versements uniquement assumés par Beauvoir se poursuivront jusqu’en 1964.
  • Juillet 1951 : Entreprend seule un voyage à pied dans le Massif central et le sud de la France. Elle publiera ses impressions dans Trésors à Prendre en 1960.
  • Mai 1954 : Violette Leduc a achevé le manuscrit de Ravages,  » autofiction  » dont la première partie qui raconte sa liaison au collège avec Isabelle sera supprimée par les éditions Gallimard. On lui demande en outre de censurer le récit de son avortement.
  • Décembre 1955 : Guérin publie à ses frais une édition de luxe de la première partie censurée de Ravages : Thérèse et Isabelle. L’œuvre ne sera publiée par Gallimard qu’en 1966. Ravages, tronqué est publié chez Gallimard. 1956 : Séjourne six mois dans une clinique de Versailles pour soigner ses tendances maniaco-dépressives.
  • 1957 : Rencontre à la Vallée aux loups, maison de repos, Thérèse Plantier qui lui fera découvrir Faucon, village provençal où elle s’installera plus tard
  • Juin 1958 : parution des Boutons dorés et de La Vieille fille et le mort. Rencontre Michèle Causse (Hortense dans La Bâtarde) avec qui elle sera amie jusqu’en 1963.
  • Fin 1958 : de retour rue Paul-Bert à Paris, elle entreprend la rédaction de La Bâtarde. Début de sa liaison avec René Gallet, dont elle fera état dans La Chasse à l’amour.
  • Mai 1960 : Parution de Trésors à prendre. Elle compte Serge Tamagnot parmi ses amis.
  • 1961 : Parution d’un extrait de son autobiographie dans les Temps modernes sous le titre : « le tailleur anguille ». Premiers séjours à Faucon dans la Vaucluse. Elle y achètera une maison et y séjournera longuement et périodiquement jusqu’à son installation définitive.
  • 1963 : achève la rédaction de La Bâtarde et soumet le manuscrit à Gallimard qui, après quelques coupes, l’accepte. Simone de Beauvoir rédige une préface qui consacre l’importance de Violette Leduc comme écrivain. Leduc entreprend de rédiger La Femme au petit renard.
  • Automne 1964 : parution de La Bâtarde : le succès est immédiat et elle frôle l’attribution du prix Goncourt.
  • 1965 : rencontre Françoise d’Eaubonne. Mène une vie mondaine liée à son succès et à sa nouvelle aisance financière. Elle fréquente le peintre Michel Warren un peintre, homosexuel. Elle rédige des articles pour le magazine Vogue. Parution de La femme au petit renard chez Gallimard. Rupture avec jacques Guérin. Premiers soucis de santé : découverte d’un cancer du sein.
  • Juillet 1966 : parution chez Gallimard, de Thérèse et Isabelle, la partie censurée de Ravages. Ce dernier ouvrage est d’ailleurs réimprimé.
  • Janvier 1967 : voyage au Maroc avec Madeleine Castaing.
  • 1968 : Beauvoir corrige le manuscrit de La Folie en tête en lui imputant de fortes coupes.
  • 17 décembre : Violette Leduc subit l’ablation du sein gauche. Poursuit son traitement à Paris.
  • Juin 1969 : elle peut s’installer définitivement à Faucon dans sa maison rénovée.
  • Mars 1970 : La Folie en tête est publié chez Gallimard. Juin 1971 : parution de : Le Taxi, dernier ouvrage publié de son vivant.
  • Printemps 1971 : son état s’aggrave au point que ses voisins se relaient pour faire ses courses et la nourrir.
  • 28 mai 1972 : Violette Leduc meurt à Faucon, en présence d’un ami.
  • 13 janvier 1973 : mort de Berthe Leduc.
  • Septembre 1973 : parution du dernier tome de La Chasse à l’amour, préfacé et édité par Simone de Beauvoir qui est l’héritière des droits moraux de Violette Leduc. Claude Dehous, sa nièce, est ayant-droit.

2 commentaires

  1. Relecture de la biographie après avoir vu le film « Violette » très fidèle donc. J’ai bien aimé l’interprétation d’E. Devos et en ressort avec l’envie de lire les oeuvres !

  2. Le film « Violette » n’a absolument pas été fidèle au portrait de ma grand-mère Berthe qui était d’une grande classe et non la femme vulgaire décrite dans le film!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s