16 janvier 2023 : Soutenance de la thèse d’Aya Nakamura

Université de Lyon II

Possibilité d’y assister en distanciel sur inscription

Le jury sera composé de :
Mme Martine BOYER-WEINMANN, Professeure émérite de littérature française, Université Lumière Lyon 2, directrice
Mme Franca BRUERA, Professoressa ordinaria, Università degli Studi de Turin, examinatrice
M. Dominique CARLAT, Professeur, Université Lumière Lyon 2, Passage Arts & Littératures XX-XXI, examinateur
M. Maxime DECOUT, Professeur de littérature française, Université Paris IV Sorbonne, CELLF, membre de l’IUF, pré-rapporteur
Mme Martine REID, Professeure émérite, Université Lille III, ALITHILA, pré-rapporteure

Résumé :  
Cette thèse vise à étudier les « postures » auctoriales des écrivaines en France de la période 1945-1970 à travers les exemples de Simone de Beauvoir (1908-1986), Violette Leduc (1907-1972) et Dominique Aury (1907-1998). Tout au long du XXe siècle, parallèlement aux progrès réalisés en matière d’émancipation des femmes, les écrivaines ont progressivement gagné en visibilité et ont été intégrées aux institutions littéraires ; mais que représente pour une femme des années d’après-guerre le fait de devenir écrivaine ? Que pourrions-nous dire sur leur position dans le champ littéraire et le processus de leur légitimation, et comment ont-elles fabriqué leur singularité ? Pour aborder ces questions, cette étude mobilise la notion de « posture » telle que définie par Jérôme Meizoz, qui désigne la manière dont une écrivaine ou un écrivain occupe une position dans le champ littéraire. En nous intéressant aux écrivaines appartenant à la génération de Beauvoir, à savoir celles qui ont été actives après 1945, année où les Françaises ont obtenu leur droit de vote, et avant le MLF des années 1970, nous explorons les diverses postures des écrivaines et la fabrication de leur singularité à travers quatre pôles thématiques : leur entrée en littérature, leurs engagements politiques, la question du dilemme entre le succès économique et le prestige littéraire, et leurs écrits sur la sexualité face à la censure. Outre Beauvoir, Leduc et Aury qui constituent notre corpus principal, nous considérons également les exemples de Françoise Sagan et de Nathalie Sarraute comme corpus secondaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s