La mise en scène du Je, publication

booksMireille Brioude: La Mise en scène de Je dans l’oeuvre de Violette Leduc.

Résumé :

Violette Leduc (1907-1972) a inventé une écriture de soi puissante et tragique. Cette étude critique de son oeuvre démontre en premier lieu comment la théâtralité d’une écriture autobiographique est issue du dédoublement spectaculaire entre l’individu et le sujet de l’énonciation. L’ouvrage approfondit la notion de théâtralité, non tant au sens rimbaldien du « je est un autre », que dans une perspective qui allie sémiologie du texte et sémiologie de la représentation dramatique. On y étudie la façon dont l’espace et le temps textuels dessinent des « jeux de scène » avec, au centre, la figure de l’écrivain en train d’écrire. Chez Leduc la théâtralité prend appui sur un usage caractéristique des discours perçus comme voix. Le « pari » de l’autobiographe se mue, de fait, en tentation de représenter l’inénarrable, la démence ou encore la possession amoureuse. Mais c’est bien au lecteur, figure tutélaire, que revient le plaisir d’effectuer la dernière représentation, celle qui unit l’auteur et le spectateur dans le plaisir de mettre en scène le « je ».

POUR COMMANDER LE LIVRE:

 

Table des matières :

Avant-propos

PREMIERE PARTIE :
LES FONDEMENTS IMAGINAIRES DE L’ECRITURE DE SOI

Chapitre I. Deux textes fondateurs
1- L’ouverture de La Bâtarde ou : le début n’est pas l’origine
2-  » Le tailleur anguille  » : autour d’un traumatisme
Chapitre II. Le texte-scène
1- Le temps visible
L’attrape-nigaud
Aujourd’hui : 1971
2- Théâtres du souvenir
Elle entre, bulle de savon
Paris gai, Paris sombre
Moi, tragédienne de mes ovaires
Chapitre III. Désir et rêve dans l’Affamée
1- Du côté de l’autofiction
2- La scène du rêve
Rituels du fantasme
Une tragédie sans personnages

DEUXIEME PARTIE :
JEUX DE SCENE 

Chapitre I : Jeux de reflets
1- L’Asphyxie, genèse de La Bâtarde
2- Ravages : entre censure et mise en scène
Chapitre II : La voix du Je
1- La voix des autres
A’man
Amants
Un mirage
2- Soliloques

TROISIEME PARTIE :
SPECTACLES ET SPECTATEURS 

Chapitre I : A la folie
Chapitre II : La grande illusion
1- Le Taxi : un érotisme sans spectateurs
2- L’autobiographie et la comédie érotique
Ma mère, Beauvoir
L’amour après l’amour
Fantasmes, c’est l’heure des boueux
Chapitre III : Pour un lecteur metteur en scène
1- Violette lectrice
2- Rhétoriques de la lecture
Je ne racole pas. Je m’approche de toi
Pourquoi tant de spectacles ?
Je mens. Je dirai pourquoi
L’ombre d’une corne de taureau

Conclusion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s